0

Henry Ford: le pouvoir de la persévérance et de l’attitude non-conformiste

henry-ford-and-model-T

Né le 30 Juillet 1863, près de Dearborn, Michigan, Henry Ford a créé la voiture Ford Modèle T en 1908 et a à développé la ligne de montage dans la production, ce qui a révolutionné l’industrie.

Par conséquent, Ford a vendu des millions de voitures et il est devenu un chef d’entreprise de renommée mondiale. La société a perdu sa position dominante sur le marché, mais elle a eu un impact durable sur le développement technologique et d’autres infrastructures des États-Unis.

Un jour, en 1885, Henry Ford a jeté pour la première fois un regard sur le moteur à essence et ce fut le coup de foundre instantané. Ford avait fait un apprentissage en tant que machiniste et avait travaillé sur tous les appareils imaginables, mais rien ne pouvait se comparer à sa fascination pour ce nouveau type de moteur, celui qui créait son propre pouvoir. Il a imaginé un tout nouveau genre de voiture sans chevaux qui allait révolutionner le transport.

Travaillant pendant la nuit à la Edison Illuminating Company en tant qu’ingénieur, au cours de la journée, il bricolait pour créer le nouveau moteur à combustion interne qu’il voulait développer. Il a construit un atelier dans un hangar derrière sa maison et a commencé à construire le moteur à partir de morceaux de ferraille de n’importe où il pouvait les trouver. En 1896, il a travaillé avec des amis qui l’ont aidé construire une voiture, il a terminé son premier prototype, qu’il a appelé le quadricycle, et a fait son apparition sur les rues de Detroit.

A l’époque il y avait beaucoup d’autres personnes travaillant sur les voitures avec des moteurs à essence. C’était un environnement concurrentiel impitoyable dans lequel de nouvelles entreprises faisaient faillitte chaque jour. Le quadricycle Ford avait l’air bien et a bien fonctionné, mais il était trop petit et incomplète pour la production à grande échelle.

Alors Henry Ford a commencé à travailler sur une deuxième automobile. Un an plus tard, il a terminé et le design c’était une merveille. Tout avait été simplifié. Il était facile à conduire et à entretenir. Tout ce qu’il fallait, c’était de trouver un soutien financier et un capital suffisant pour démarrer la production en masse.

Le premier échec et les leçons apprises

Pour fabriquer des automobiles à la fin des années 1890 était une entreprise ardue. Cela demandait une énorme quantité de capital et une structure d’entreprise complexe, compte tenu de toutes les parties qui devaient entrer en production. Ford a rapidement trouvé l’investiteur parfait : William H. Murphy, l’un des hommes d’affaires les plus en vue à Detroit.

La nouvelle société a été baptisée la Detroit Automobile Company. Mais des problèmes ont apparu rapidement. La voiture que Ford avait conçue comme un prototype devait être retravaillé – les pièces provenaient de différents endroits , certains d’entre elles étaient insuffisantes et trop lourdes à son goût. Il a continué à essayer d’affiner la conception pour se rapprocher de son idéal. Mais il a pris beaucoup trop de temps et Murphy et les actionnaires ont commencé à perdre leur patience. En 1901, un an et demi après avoir commencé à fonctionner, le conseil d’administration a disolvé la société. Ils avaient perdu leur foi dans Henry Ford.

Le déuxième échec: un bon coup pour aller en avant différamment

En analysant cet échec, Ford est arrivé à la conclusion qu’il avait essayé de faire son automobile servir trop de besoins des consommateurs. Il allait essayer une seconde fois, en commençant avec un véhicule léger et plus petit. Il a convaincu Murphy lui donner une nouvelle chance. Croyant toujours dans le génie de Ford, Murphy a accepté, et, ensemble, ils ont créé la Henry Ford Company. Dès le début, cependant, Ford a ressenti la pression de Murphy qui insistait qu’il finît la voiture et en évitaant ainsi les problèmes qu’il avait eus avec la première entreprise. Murphy et ses hommes ont amené une personne de l’extérieur pour superviser le processus.

Ce fut le point de rupture. Moins d’un an après sa création, Ford a quitté la société. La rupture avec Murphy était cette fois définitive. Il avait gaspillé ses deux chances et personne n’allait jamais lui donner une troisième. Mais pour les amis et la famille, Ford semblait indifférent. Il a dit à tout le monde que tous ces leçons étaient inestimables pour lui – il avait prêté attention à chaque petit problème le long du chemin et avait identifié la cause de son échec: on ne lui avait donné assez de temps pour travailler et obtenir un design parfait.

La solution trouvée

La solution était de trouver un moyen de maintenir une totale indépendance des financiers. Ce n’était pas la façon habituelle de faire des affaires en Amériqu. Il fallait inventer sa propre forme d’organisation, son propre modèle d’affaires qui convenait à son tempérament et à ses besoins et qui lui donnait le droit d’avoir le dernier mot sur toutes les décisions.

Considérant sa réputation, il paraissait presque impossible de trouver soutien, mais après plusieurs mois de recherche il a trouvé un partenaire idéal – Alexander Malcomson, un émigré d’Ecosse qui avait fait fortune dans l’industrie du charbon. Comme Ford, il avait une personnalité non conventionnelle et aimait prendre des risques. Il a accepté de financer cette dernière entreprise et de ne pas intervenir dans le processus de fabrication.

Ford a travaillé à la création d’un nouveau type d’usine de montage qui lui donnait plus de contrôle sur la voiture qu’il voulait concevoir, maintenant connu comme le modèle A. Le modèle A serait la voiture la plus légère jamais faite, simple et durable. Il serait monté le long d’une ligne qui assurerait la vitesse de production.

Avec l’usine d’assemblage prête, Ford a travaillé dur pour amener l’équipe de travailleurs à fabriquer quinze voitures par jour – un nombre assez élevé à l’époque. Il a supervisé tous les aspects de la production. Il a même travaillé dans la ligne de montage. Les commandes ont commencé à affluer et dans 1904, la Ford Motor Company a dû étendre ses opérations.

Pensez-y de cette façon: il existe deux types de défaillance. La première vient de ne jamais mettre en pratique vos idées parce que vous avez peur ou parce que vous attendez le moment idéal. A ce type d’échec vous ne pouvez jamais rien apprendre et c’est une timidité qui vous détruit. Le deuxième type d’échec vient d’un esprit audacieux et aventureux.

Si vous ne réussissez pas de cette façon, le coup que vous prenez à votre réputation est largement compensé par ce que vous apprenez. Les échecs répétés vont durcir votre esprit et vous montrer avec une clarté absolue comment les choses doivent être faites. Dans tous les cas, vous devez agir sur vos idées le plus tôt possible, les exposer au public. Vous avez tout à gagner.

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.